C’est l’événement que j’attend avec impatience chaque année. Red carpet, robes longues, botox à l’américaine… tout un programme ! Et cette année il y a du lourd, du très très lourd.  

Le thème, me direz-vous, est assez porteur : ”Corps céleste : mode et imagerie Catholique”, de quoi faire perdre les cheveux à tous les habitants du Vatican (François, c’est pour toi !). Les Stars et autres fortunés de ce bas monde s’y sont donné à cœur joie, avec plus ou moins de réussite. 

On commence avec Mackenzie Davis en Chloé et sa tenue aussi BORING que la messe du dimanche matin. Le col d’ecclésiastiquement y est pour beaucoup (surement), mais non seulement la tenue n’est pas à tomber, mais même elle n’a pas l’air de croire à son look, et elle a raison. 

Point bonus pour les cuissardes sous la robe longue qui étaient une des ”tendance” phare de cette édition (on se demande encore quel est l’intérêt

Les américains en quête d’histoire, sont venus piocher dans la notre. La pucelle d’Orléans était belle est bien présente sur le red carpet. 

Deux versions, mais une seule réussite. A gauche Shailene Woodley en Ralph Lauren, qui a décidé d’arborer une armure en latex, grosse prise de risque quand on connait les prises de positions virulentes de l’église sur le latex… A droite Znedaya en Atelier Versace, une tenue pas forcément pratique et sûrement très lourde, mais elle fait son petit effet. La guerre est remportée par Zendy ! Direction le purgatoire (oui carrément) pour Shailene. 

 

Et en ultra guest, Jesus himself, Marie Madeleine (Marie Mad pour les intimes) et un illustre inconnu, le frère de Jésus ? Leur fils ? Le mystère reste entier, nos enquêteurs sont sur le coup. 

Point bonus broderie pour ce saint triptyque 

Tiens les chevaliers de l’apocalypse, qui ne sont (mal)heureusement plus que trois, la grippe hivernale à eu raison du quatrième. On ne sait pas si la fin du monde est proche, mais leur looks se rapprochent très fidèlement de ce à quoi l’appocalyspe ressemble.

Merci Saint Dolce & Père Gabbana pour ce massacre. 

Nous avons également eu droit à la personnification de tous les meubles d’une église, avec ici un merveilleux look inspiration calice (tabernacle eucharistie !).  

Blague à part, Kim K fait preuve pour une fois, d’un certain minimalisme, finalement la fin du monde est peut être plus proche qu’on ne le pense… 

La crèche en guise de couvre chef (oui une CRÈCHE, SUR LA TÊTE).
 SJP nous a habitué à beaucoup mieux… Mais la sainte nativité sur la tête c’est too much.

Malheureusement, user et abuser de références au thème n’est pas non plus la bonne solution. 
Le patchwork de croix, bien que très représentatif de la ferveur catholique, ne fait pas du tout le job. Le look ressemble plus à un catalogue ambulant de patchs pour customiser ses vêtements plus qu’à une tenue couture. 

Là, nous avons deux candidates qui ont confondu BDSM et ferveur catho (ou alors elles se sont trompées de red carpet). Les deux ressemblent à des “gardiennes de donjon des plaisirs”

Point bonus latex pour miss Hadid. 

Et le summum du ridicule revient à Mindy Kalings. Rien ne fonctionne sur ce look : la couronne ressemble à un élément de déguisement pour enfant (si elle l’a piqué à sa fille, c’est de la triche), les gants qui saucissonnent, la robe qui n’a aucun lien avec le sujet. C’est un fiasco total. 

Bon, on rigole on rigole, mais il ne faut pas oublier que le gala du met est avant tout là pour promouvoir et honnorrer la création dans la mode. L’imagerie catholique a été source d’inspiration pour bon nombre de créateurs (YSL, Jean Paul Gaultier, Chrisitian Lacroix…). Et s’il y a bien un  endroit où l’on peut voir une explosion d’or, de couleurs, de représentations en tous genres, c’est bien dans une église. Alors certes les tenues paraissent totalement ubuesques hors contexte, mais sur ce red carpet, une crèche en guise de couvre chef était mille fois plus dans le thème qu’une petite tiare discrète ou qu’une robe de princesse. Et le gala du met nous prouve bien une chose, c’est que dans la mode aussi, les gens ont (parfois mais quant même très rarement) le sens de la dérision et du “fun” (Et c’est quand même super fun de se déguiser en Jésus et de se prendre pour le fils de dieu pendant 1 soirée). La soirée à but caritatif a également permis à Madonna de remonter sur scène avec une chanson qui fonctionne vraiment, aaaah charité catholique quand tu nous tiens ! 

Bilan de la soirée ? Point de fumée blanche, mais Habemus Papam auto déclaré (comme quoi, quand on a une tiare pontificale sur la tête, tout nous est accordé sans soucis). La Sainte Mère Rihanna, Pon The Replay, Première a été sacrée !

Et nous dans tout ça ? On a beaucoup ri, on a jugé des tenues à 50 000$ et on s’est pris pour la fashion police. 

A l’année prochaine !  

promocarrie